Faire un
don

À propos

L’Association Saint-Camille-de-Lellis

L’Association Saint-Camille-de-Lellis est une organisation caritative africaine de services pour personnes atteintes de maladies mentales implantée en Côte d’Ivoire depuis 1991. En 2004, ses services ont commencé de s’étendre au Bénin puis au Togo.

Selon la compréhension africaine traditionnelle, les personnes ayant une maladie mentale sont possédées par un démon, elles ont été ensorcelées. Leur délire, leur comportement inhabituel ou bizarre sont ainsi interprétés. Les membres de leur communauté se tiennent à distance; personne n’ose les toucher de peur d’être ensorcelé à son tour. En ville, ces malades errent dans les rues, démunis et délaissés; on s’en éloigne, on les abandonne à leur triste sort. Dans les villages, ils sont encore trop souvent enchaînés à un arbre à la marge du village et y resteront parfois jusqu’à leur mort.

Grâce au travail acharné de son fondateur, Grégoire Ahongbonon, entouré d’une équipe qu’il a constituée autour de lui, sept centres accueillent actuellement des personnes atteintes de troubles mentaux en Côte d’Ivoire, sept au Bénin, et trois au Togo. Ces personnes sont reçues dans un des centres et diagnostiquées par un psychiatre ou une infirmière spécialisée. Selon la capacité et l’achalandage du centre, le nombre de personnes qui s’y trouvent un jour donné varie de 120 à 300. Elles y sont traitées, entourées d’intervenants (presque exclusivement des ex-patients rétablis) qui leur assurent un milieu de vie aidant, aimant et revalorisant. Après quelques mois, selon leur évolution et leurs besoins personnels, ces personnes peuvent être dirigées vers un centre de travail ou de réadaptation pour y apprendre un métier avant de retourner à leur communauté d’origine. Quand elles sont prêtes, elles peuvent ensuite réintégrer leur milieu de vie d’origine (village, quartier, famille). Un réseau externe assure par la suite un maintien de la médication et un suivi médical de proximité. En 2021, on dénombrait plus de 120 000 hommes et femmes qui ont profité de cette organisation de soins et qui sont maintenant actifs dans leur communauté pour la majorité. L’Association Saint-Camille ne compte que sur les dons pour fonctionner : aucune aide financière gouvernementale ne lui est fournie.

Côte d’Ivoire

Carte de la région
  • Un centre d’hébergement et un centre de travail à Bondoukou.
  • Deux centres d’hébergement, un hôpital et trois centres de travail à Bouaké, lieu de fondation de la Saint-Camille en 1991.
  • En 2019, 1 418 personnes ont été admises dans les centres d’hébergement et 12 096 sont venues pour une consultation.

Bénin

Carte de la région
  • Un centre d’hébergement et un centre de travail à Avrankou (Porto-Novo).
  • Un centre d’hébergement à Cotonou (Tokan) et un centre de services externes à Calavi.
  • Un centre d’hébergement à Bohicon. 
  • Un centre d’hébergement à Djougou. 
  • Une ferme d’apprentissage agricole et d’élevage à Agoïta (près de Bohicon).
  • Un petit hôpital de zone à Adjarra (Porto-Novo).
  • En 2019, 4 508 personnes ont été admises dans les centres d’hébergement et 93 438 sont venues pour une consultation.

Togo

Carte de la région
  • Un centre d’hébergement à Zooti (au sud).
  • Un centre d’hébergement à Kpalimé (au centre).
  • Un centre d’hébergement à Sokodé (au nord).
  • En 2019, 1 949 personnes ont été admises dans les centres d’hébergement et 20 398 sont venues pour une consultation.